A l’époque de l’obsolescence programmée, il est étonnant de s’apercevoir que le moteur de la rare Murcielago a 40ANS !

Pour mieux la connaitre et l’apprécier, nous l’avons découverte à travers diverses lectures spécialisées. Et là, stupeur générale, des HOOOO, des HAAAAA, nous nous apercevons  que ,depuis 1963, Lamborghini a conservé le même moteur, le Bizzarrini!! Du nom de son créateur !

Un moteur  devenu légendaire qui équipera les plus remarquables voitures de la marque : la 350 GT, la Miura, la Countach, la Diablo et la Murcielago, la digne héritière de la lignée. C’était avant le « Down sizing » !

Ce monument a évolué au fil du temps et de la technologie, mais que ce soit sur la 350 GT ou sur la Murciélago SV, la prestation de 100 chevaux au litre est assurée !!!!  350 chevaux en 1963 ,650 en 2009.

EN alliage légé, équipé d’un Double arbre à came en tête par rangée de cylindre, ouvert à 60 °, il est installé à l’avant de la 350 GT.

Bertone ,dans la Miura le positionnera à l’arrière, et en transversal !Le Bizzarrini a pris du volume et  cube maintenant 4Litres.Il est alimenté dans un premier temps par 6 carburateurs double corps Weber puis par 4 carburateurs triple corps. La puissance passera ainsi de 350 à 385 chevaux puis à 440 sur le rare modèle « Jota ».

Dans la splendissime Countach, le Bizzarrini est toujours à l’arrière mais dans le sens de la route, il est « longitudinale posteriore » avec pour initiales LP .Sa cylindrée exacte est de 3920 cm3, ce sera donc la LP 400 , puis la LP 500 S pour 4,8 l de cylindrée. La puissance évolue entre 375, 353 et 440 chevaux selon les crises du pétrole et les réglementations des états.

Avec le « Quatro valvole » c’est maintenant 48 soupapes qui régentent admission et échappement !Le volume est alors de 5,2 litres et les 6 carburateurs double corps Weber lui permettent de développer 455 chevaux.

C’est encore le styliste Gandini qui dessine le nouveau modèle, la Diablo, mais c’est assisté par les designers de Chrysler, le nouveau propriétaire de Lamborghini.

Toujours 48 soupapes, mais en augmentant l’alésage et la course, on obtient 5,7 litres de cylindrée et une puissance de 492 chevaux. La compression est augmentée à 10/1 grâce à une nouvelle culasse et une nouvelle gestion électronique, la LIE. Pour les 30 de Lambo, on pousse le bloc à 523 chevaux.

La Firma de Sant’Agata change encore de main et c’est donc Audi qui réinvente la Diablo sous le crayon de Luc Donckerwolke : la Murcielago. Le Bizzarrini est porté à 580 chevaux pour ses 6,2l. L’utilisation d’un carter sec permet de baisser le centre de gravité. Mais, même si les portes en élytre s’ouvrent plus grand, c’est cette gravité qui vous fait tomber bas ,dans votre baquet. La prestance en prend un coup !

Dans le prolongement du moteur, est installé une boite 6, parfois manuelle et toujours agréable !

La dernière Murcielago, la SV, « super veloce » portera ses 6 ,5 litres pour un summum de 670 chevaux !!

La Murcielago, première version, équipée de la boite mécanique est donc la digne héritière des Miura, Countach et Diablo, une rare exception équipée d’un historique moteur en position arrière !

Une hyper-car talentueuse à contempler sans modération!!